Le cheveu a avoué

En décembre 2003, un hold-up avait été commis à une station service de la Doye, dans le Jura. Le braqueur, cagoulé et armé, avait dérobé environ 1000€ et n\'avait jamais pu être retrouvé.
Le seul indice qui aurait pu permettre de l\'identifier était un cheveu, retrouvé dans une cagoule, elle-même abandonnée dans le véhicule volé qui avait été utilisé lors du hold-up. A l\'époque, ce cheveu avait bien sûr été analysé, mais le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) n\'avait pu identifier son propriétaire.
Plus personne, excepté peut-être les victimes, ne pensaient plus à ce holp-up depuis longtemps, et le braqueur pouvait être fier de lui et de sa discrétion. Mais voilà, coup de théâtre : six ans plus tard, le cheveu est identifié!

Récemment, un pontissalien d\'une trentaine d\'années a été interpellé pour un délit quelconque. Un prélèvement génétique a été effectué et transmis au FNAEG, ainsi que le veut la procédure.
Grâce à la magie de l\'informatique, le lien avec le cheveu retrouvé en 2003 fut vite établi : les ADN sont les mêmes!

Interrogé, le pontissalien nie avoir participé au braquage de la Doye. Mais le cheveu a parlé, et la science se trompe rarement.
Hier, le suspect a donc été mis en examen pour \"vol avec arme\". Il reste toutefois en liberté sous contrôle judiciaire : l\'homme a aujourd\'hui un emploi et un domicile, il ne représente donc apparemment aucun danger au présent.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?