Quand victime et coupable se confondent

Les tribunaux doivent parfois juger des étranges affaires, au cours desquelles les prévenus ne sont pas toujours de bonne foi. Ainsi à Lons-le-Saunier une affaire de moeurs mettant en scène un quinquagénaire et un jeune homme a été examinée mercredi.
Les deux individus ont entretenu une relation à caractère sexuel pendant plusieurs mois, il y a déjà cinq ans. Le quinquagénaire avait à l\'époque quitté sa femme et ses enfants afin de pouvoir se consacrer pleinement à son jeune compagnon. Une relation qui ne convenait toutefois pas à la maman de l\'adolescent, ce dernier étant âgé de seulement 13 ans lors de sa première rencontre avec son futur amant.
Un jeune âge qui transforme une relation apparemment consentie en une agression sexuelle sur mineur. Délit involontaire selon le quinquagénaire qui pensait, dit-il, avoir affaire à un adulte \"vigoureux\"... Une erreur qui sera fatale au pauvre homme qui, la prochaine fois, ferait bien de consulter la carte d\'identité de ses amants. Il écope en attendant d\'une peine de 6 mois de prison avec sursis.
Une peine beaucoup plus légère que celle du jeune adolescent, qui de victime est devenu coupable. Il a en effet séquestré son ancien amant avant de l\'agresser physiquement, disant ne plus éprouver pour lui que de \"la haine et de la honte\". Des sentiments qui n\'ont pas ému le tribunal pour enfants.
Une sombre histoire comme on en voit beaucoup dans les tribunaux, où les victimes ne sont pas toujours celles que l\'on croit...
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?