Besançon : Poing trop n'en faut

Entre batifoler avec sa compagne ou la battre follement, il aura fini par choisir la deuxième option.

Ainsi devenu moins généreux en caresses et mots doux qu'en torgnoles et injures avec le temps, c'est pour des faits de violences conjugales survenus ce samedi qu'un Bisontin d'une trentaine d'années a hier été interpellé à son domicile du centre-ville, suite au dépôt de plainte de celle qui autrefois faisait ardemment battre son cœur et aujourd'hui semble encaisser les coups avec une semblable intensité.
Ce que les médecins auront été à même de constater après examen, en accordant à cette mère de deux enfants plusieurs jours d'interruption temporaire de travail.

De quoi sans doute faire sauter par la même occasion la liberté conditionnelle de Monsieur, qui n'en était pas à son "coup" d'essai.

C.R
Publié le jeudi 23 mai 2013 à 10h45

Confirmez-vous la suppression ?