Gendarmes et militaires : morituri te salutant

C\'est à un spectacle digne de la Rome antique ou d\'une joute chevaleresque façon Terminator qu\'un ancien militaire de 32 ans conviait les habitants de Pont de Roide, mardi vers 3h du matin. Equipé d\'un fléau artisanal confectionné à partir d\'une boule de pétanque soudé à une chaîne de vélo elle-même reliée à un manche en bois, l\'homme des casernes avait pu en tester l\'efficacité contre plusieurs cabines téléphoniques, un abribus et une vitrine Adecco pourtant traitée anti-émeute (une arnaque), avant de se rendre devant la gendarmerie, où, dans le but probable d\'activer une réaction des forces de l\'ordre, il entreprit de démolir consciencieusement la cabine téléphonique de la caserne.

Arrivés rapidement sur les lieux à bord du fourgon Ford Transit flambant neuf récemment attribué à la brigade après plusieurs années de démarches administratives, les gendarmes n\'ont pu lui éviter de subir les dommages de l\'arme médiévale. Après avoir mis le véhicule en sécurité, ils ont tenté d\'interpeller le forcené armé à présent d\'un poignard commando. La suite s\'avère plus dramatique puisque l\'agresseur a blessé à plusieurs reprises, au bras et à la main, un des gendarmes avant que son collègue ne l\'immobilise en lui logeant une balle de pistolet dans le mollet.

Ainsi maîtrisé, l\'individu a ensuite été conduit à l\'hôpital de Montbéliard pour y être soigné et d\'où il est rapidement sorti pour être placé en garde à vue. Il sera probablement poursuivi pour tentative de meurtre. A l\'image du preneur d\'otage de la BNP le 27 mars dernier, également ancien militaire, ce gladiateur bricoleur déjà connu défavorablement des services de police, a probablement cherché à mourir de façon spectaculaire et médiatique.
Publié le jeudi 1 janvier 1970 à 01h00

Confirmez-vous la suppression ?