Camponovo en danger, les élus à la rescousse

La librairie Camponovo, située au centre-ville de Besançon, pourrait disparaitre très prochainement. Elle laisserait la place à une banque ou à une pizzeria. À moins que les élus bisontins ne trouvent une solution miracle...

Le PDG Suisse de Camponovo a mis son commerce en vente il y a quelques mois déjà. Aucun libraire ne souhaitant le racheter, il est aujourd'hui prêt à le céder à n'importe quel secteur d'activité. Il est notamment en contact avec une banque et un franchisé de pizzeria kebab.
Selon le PDG, si la situation en est arrivée là, c'est à cause de ses employés. Le Suisse, qui n'a pas oublié ses procès pour licenciements abusifs, considère le personnel de Camponovo comme "un nid gauchiste". Lui n'y est "pour rien" : "des gens m'ont chié dans les bottes depuis quatre ans, ils voulaient casser leur outil de travail, ils ont réussi" a affirmé le PDG à l'Est Républicain.

Les élus bisontins se sont toutefois émus du triste sort réservé à Camponovo, la plus grande librairie de Besançon avec ses 1500m² de livres.
Certains s'interrogent, tel Philippe Gonon (Modem) : "Le centre-ville de Besançon se désertifie tout doucement en termes de culture livresque. L'une des plus belles enseignes culturelles de la ville peut-elle disparaitre ?"
D'autres appellent à la révolte, tel le Front de Gauche : "Besançon, ville universitaire, ne peut pas et ne doit pas rester sans réagir malgré le contexte difficile de la filière du livre. [...] Le Front de Gauche souhaite que tous les acteurs locaux se mobilisent pour trouver une solution juridique pour sauver cette librairie et ses emplois".
Quant au maire Jean-Louis Fousseret, il prend son rôle de sauveur de la culture très au sérieux : il "souhaite mobiliser l'ensemble des dispositifs d'aides publiques disponibles, tant auprès du Préfet de Région, Préfet du Doubs, que des ministres en charge de la culture et de l'économie qu'il a saisis officiellement hier de cette question [...] Il déploiera toute son énergie pour sauver Camponovo, cette librairie le mérite."

R. Hingray
Publié le vendredi 25 mai 2012 à 14h46

Confirmez-vous la suppression ?